Union Sacrée : « Seuls les hommes et les femmes qui ont fait preuve d’une bonne Éthique dans leur passé peuvent être cooptés  » (CENCO )

Publié par
le 01 mars 2021 14:42:58


Vues : 24 Temps de lecture : 2 minutes

En conférence de presse sur l’ actualité du pays ce lundi 01 mars 2021, le comité permanent des Evêques de la conférence épiscopale du Congo ( CENCO ) insistent sur le fait que l’ adhésion massive des hommes politiques congolais à l’Union sacrée de la Nation, ne soit pas motivée par le positionnement mais plutôt rompre avec les Antivaleurs.

Pour les prélats catholique, il ne suffit pas seulement de changer des camps politiques, synonyme de changer les vêtements dans un même corps, mais de rompre définitivement avec les mauvaises pratiques, raison pour laquelle, les évêques recommandent que seuls les hommes et les femmes qui ont fait preuve d’une bonne Éthique dans leur passé et qui ont de l’expérience dans le domaine recquis ,soucieux du bien-être de la population, méritent d’être cooptés pour gérer les Institutions de l’Etat et les entreprises publiques.  » le peuple sera frustré de voir revenir au pouvoir ceux qui ont participé au pillage , à l’insécurité, à la violation des droits humains et ne font aucun signe de repentance et de conversion «  ont-ils rappelé.

Au parlement, Les évêques recommandent de consacrer, en priorité, à la session de mars les lois sur les reformes électorales et sur l’organisation de la CENI afin de garantir la tenue des élections dans le respect du délai constitutionnel (2023).

Au gouvernement, de « s’atteler à combler le fossé créé entre la majorité de la population et une minorité qui a concentré entre ses mains et confisqué les richesses du pays etde tout mettre en œuvre pour gagner le pari de l’organisation des élections crédibles, transparentes et apaisées en 2023 et pas plus tard ».

Sur le plan de la justice et des humains, les évêques déplorons et condamnent les répressions d’activistes des droits humains , les attaques menées contre les civils par les groupes armés et l’ entrave de la liberté de manifester par les autorités.

Les évêques ont noté par contre, que le souci de la justice qui s’est manifesté au procès sur le programme des 100 jours ne semble plus continuer sur la même lancée.

Foudre Ndjadi.


Votre avis compte

Donnez votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *



Suivez la RADIO LIBERAL FM SUR
www.liberalinfo.net


Background